keyboard_arrow_up

Comment devient-on Camille Becht ? L’histoire d’un parcours 

Accueil   >   Blog   >   Comment devient-on Camille Becht ? L’histoire d’un parcours 

• Comment devient-on Camille Becht ? L’histoire d’un parcours 

 


 

 

 

Camille Becht, vous êtes aujourd’hui à la tête d’une société à votre nom dans le domaine du Spa et soins de luxe. Vous encadrez une équipe de 20 praticiens Spa, vous exercez auprès d’une clientèle de particuliers, d’entreprises et d’hôtels Spa du 3 au 5 étoiles dans tout le Bas-Rhin et depuis peu dans le Haut-Rhin, mais cela n’a pas toujours été ainsi. Quel a été votre parcours pour en arriver là ?

 

Effectivement, cela n’a pas toujours été ainsi. J’ai développé la société Camille Becht en partant de rien. Je me suis lancée dans cette aventure alors que rien ne m’y prédestinait, sans soutien et sans argent. Pour la petite anecdote, je me souviens d’une journée grise où je regardais Titanic allongée sous un plaid. Dans le film, le personnage de Jack dit à un ami avant de monter à bord « Quand on n’a rien, on n’a rien à perdre ! ». À l’époque, cette phrase m’a parlé. Je me suis dit que je devais moi aussi miser le peu que j’avais sur un voyage. C’est comme ça que je me suis retrouvée en Angleterre à 22 ans et que j’ai découvert le massage bien-être. Une découverte qui a transformé ma vie et m’a poussée à développer l’activité de soin dans un premier temps à mon propre compte, puis 3 ans après à créer la société.

Cette conception de la vie comme une aventure me vient, je pense, d’une expérience familiale plutôt difficile, qui m’a poussée depuis très jeune à être indépendante et autonome.

 

• Vous n’avez donc pas toujours connu l’univers du massage. Comment s’est déroulé votre premier contact avec lui ?

 

En arrivant à Londres, je ne connaissais en effet rien du massage. J’aurais bien voulu faire des études de kinésithérapie mais je n’étais pas très douée à l’école et je n’avais pas non plus de quoi me payer des études. Ça a donc été une véritable découverte par hasard – si tant est qu’il existe ! Alors que je cherchais simplement à travailler pour gagner ma vie en Angleterre, je suis tombée sur une annonce : « formation courte suivie de missions rémunérées en tant que masseur/euse ». J’ai appelé et je suis tombée sur une Française qui avait monté sa petite entreprise à Londres dans ce domaine. C’est comme ça que j’ai appris et exercé mes premiers massages bien-être. Et cela a été pour moi une révélation ! Je me suis découverte une passion et surtout je crois, un don pour le massage.

Dès le départ, les clients re-demandaient très souvent à ce que ce soit à nouveau moi qui revienne la fois d’après, ils me trouvaient douée. J’ai été particulièrement touchée par la reconnaissance qu’ils exprimaient. Elle était tellement forte et touchante que j’ai su que le massage bien-être était ma vocation !

J’exerce depuis le métier de Spa praticienne. Ou plutôt : je l’ai exercé pendant des années avant de me concentrer sur une démarche de transmission. À ce jour je n’exerce presque plus dans le soin puisque je gère ma société à temps plein et forme de futurs praticiens.

 

• Comment vous êtes-vous formée après cette expérience anglaise ? Comment la Frenchie à Londres en est-elle arrivée à créer la société Camille Becht telle que nous la connaissons actuellement ? 

 

J’ai fait la technique des petits pas. D’abord, à mon retour en France, il m’a paru logique d’obtenir un diplôme d’État afin d’avoir une vraie qualification et une vraie méthode de travail. Je suis donc passée par là. J’ai ensuite perfectionné mes méthodes en faisant un Bachelor Spa puis j’ai voyagé, principalement en Asie, pour me familiariser avec de nouvelles techniques comme le massage thaï traditionnel sur futon, celui sur table, ou encore le massage aux genoux et coudes, pour les adeptes des massages appuyés.

De fil en aiguille, je me suis formée pour devenir Spa praticienne indépendante, un métier que j’ai exercé pendant 4-5 ans avant de développer la société.

Comment j’en suis arrivée à créer cette société ? Je dirais que c’est dans mon caractère d’avoir envie d’aller plus loin, de chercher à innover et d’améliorer sans cesse les concepts que j’ai mis en place. Dans ma tête, j’ai toujours un pas d’avance sur ce que je suis en train de faire. J’ai donc décidé de dépasser le stade de praticienne indépendante pour créer la société Camille Becht. Et je continue ce processus en déployant créativité et innovation au sein de la société, en parallèle au côté traditionnel des soins.

 

• Vous avez fait de la Société Camille Becht une entreprise aux multiples facettes, notamment leader sur les massages à domicile et dans les hôtels Spa en Alsace. Vous proposez des massages, mais pas seulement. Quel est l’ensemble de vos activités aujourd’hui ?

 

 

Nous nous adressons à différents publics : les particuliers, les hôteliers, les entreprises et les Spa praticiens. Pour les particuliers, nous proposons des massages bien-être à domicile et dans nos hôtels Spa partenaires. Nous travaillons actuellement avec 28 hôtels de 3 à 5 étoiles en Alsace et ce chiffre est en constante augmentation. 

Pour les entreprises, nous proposons des sessions de massages assis afin de ramener le bien-être sur leur lieu de travail. C’est une technique très efficace et très appréciée des salariés. Ils en sont très reconnaissants. Tous nos soins, quel que soit le lieu, sont effectués par un réseau d’une vingtaine de professionnels que je coordonne et qui rayonnent sur tout le territoire alsacien. 

Aux Spa praticiens ou futurs Spa praticiens, nous proposons des formations au métier, aussi bien avec des formations pour les débutants que des formations techniques pour les personnes déjà en exercice. Je dispense depuis 6 ans déjà des formations certifiantes pour devenir Spa praticien. Une soixantaine de personnes a été formée auprès de notre centre de formation qui a, depuis, acquis une bonne notoriété. Cet aspect de transmission est très important pour moi. C’est pour cela que j’interviens également dans le Master Wellness Management Resort de l’Université de Strasbourg.

Aux hôteliers, nous fournissons des missions de conseil et de suivi des travaux d’installation de Spa grâce à notre expertise en la matière. Nous mettons également à leur disposition notre gamme de cosmétiques mais aussi nos équipes pour proposer des massages dans leurs établissements ou pour gérer leur Spa. 

 

• Vous avez créé la marque de cosmétiques alsaciens et artisanaux Camille Becht. Pourquoi cette démarche ?
 

Dans le bien-être, nous utilisons des produits cosmétiques tous les jours. Cela m’a amené à me questionner sur la qualité des produits, leur provenance et leur impact écologique. J’avais envie d’utiliser des produits que je connaissais, dont j’étais sûre.

J’ai donc décidé de créer ma marque de produits cosmétiques. C’est comme ça qu’est née la marque Camille Becht, une marque alsacienne, donc locale, artisanale, produite notamment avec des cueillettes biodynamiques à la main, et composée à 98% d’ingrédients issus de l’agriculture biologique. De plus, nos produits ne sont pas testés sur les animaux, j’y tenais particulièrement !

Ces produits-là, quand je les utilise, je sais ce que j’ai sur les mains et j’ai confiance.

Je veux offrir ce même apaisement à mes clients. 

Pour l’instant nous avons développé des huiles de massage, des laits pour le corps et des gommages. Nous utilisons bien évidemment les produits Camille Becht lors des soins que nous dispensons.

 

 

• Et la suite ? Camille Becht est une marque toujours en plein essor. Quels sont les prochains développements prévus ? 

 

La prochaine étape importante sur laquelle nous travaillons depuis plus d’un an devrait voir le jour en décembre 2019 : une application qui permettra la réservation de massages à domicile directement depuis votre smartphone ! 

Mon objectif à plus long terme est bien entendu de pérenniser ma société en continuant d’accroître ma notoriété sur la région mais également de continuer le développement de la marque cosmétique, de créer une école de formation, puis une franchise nationale.

Plus personnellement, j’aimerais développer des actions en direction de la protection des animaux et de l’environnement.

Parce que je n’imagine pas me sentir bien et épanouie sans l’avoir rendu, à ma manière, à la planète qui nous invite, chaque jour, à apprécier toute sa beauté.